fbpx
AVENTURE,  PORTRAIT

Rencontre avec Cyril Blanchard, recordman de l’Enduroman

Il y a quelques semaines nous faisions la rencontre d’un passionné de sports d’endurance : Cyril Blanchard. Pour ceux qui ne le connaissent pas, il détient le record de l’épreuve Enduroman : un triathlon de l’extrême qui rallie Marble Arch (Londres) à l’arc de Triomphe (Paris).

Nous avons partagé un moment très inspirant avec lui et en avons profité pour lui poser quelques questions sur sa vision du sport et ses motivations à accomplir ce qui pourrait être considéré comme l’impossible.

L’Enduroman, triathlon de l’extreme

Si vous n’avez jamais entendu parlé de cette épreuve, nous allons vous aiguiller. Souvent surnommée l’« Arch to Arc », cette course se dispute seul sous forme d’un triathlon. Cyril a terminé l’Enduroman en 2016. Au total, il aura couru 140 km de Londres à Douvres, nagé 34 km pour traverser la manche et pédalé 290 km pour arriver jusqu’aux Champs Élysées à Paris ! Vous devez certainement vous demander « mais comment on s’inscrit à une telle course ? ». Nous avons aussi posé cette question à Cyril.

Qu’est-ce qui t’a motivé à participer à l’Enduroman ?

J’ai découvert l’épreuve Enduroman en 2013, j’ai tout de suite accroché. Ça paraissait un peu fou mais ça correspondait vraiment à ce que j’aime dans le triathlon. Partir d’un endroit pour arriver à un autre endroit, sortir de ma zone de confort tout en découvrant des paysages atypiques. Cette course n’avait jamais été réalisée par un Français auparavant, je me suis simplement dit « et pourquoi pas moi ? ». Après avoir couru des Marathons et des Ironman, j’avais envie de partir à la recherche des ressources insoupçonnées de mon corps. C’est une machine incroyable capable de repousser sans cesse ses limites.

Quelle est ta vision du sport et a-t-elle évolué après cette épreuve ?

Ma vision du sport a toujours été de me faire plaisir et de faire des rencontres. La performance et la compétition c’est au second plan pour moi. Quand je nageais même étant enfant j’aimais vraiment passer du temps avec mes amis. J’étais très bon en relais mais très mauvais en me battant contre les autres. Ce qui m’intéresse, c’est le dépassement personnel de ses propres limites. Quand j’ai commencé le triathlon je cherchais à me découvrir moi et à découvrir de nouveaux paysages en nature. L’Enduroman c’était l’occasion pour moi de repousser mes limites, je me battais contre moi même et pas contre d’autres personnes.

Oser franchir le cap

Qui ne s’est jamais dit « je le ferai un jour », ou « ça c’est bien pour les autres mais pas pour moi ». Nous y avons TOUS déjà pensé au moins une fois. Et si la solution était d’oser, d’écouter notre coeur et de prendre l’initiative de réaliser ce dont on a toujours rêvé ? Cyril nous partage ce qui le pousse à prendre des décisions que ce soit dans le sport ou dans son quotidien.

Comment réaliser ses rêves en allant au-delà de ses peurs ? 

Ce qui m’a poussé à relever ces défis c’est principalement l’appel de l’aventure mêlé à l’envie de vaincre mes peurs. La vie nous pousse souvent à faire des choix « raisonnables » qui inconsciemment réduisent notre envie de nous lancer. La question que je me pose toujours avant de me lancer un défi c’est « qu’est-ce que je ferai si je n’avais pas peur ? ». Ce n’est qu’au moment où vous mettrez une date précise sur un objectif que votre cerveau apprivoisera vos peurs et vous permettra de l’atteindre. La peur peut aussi venir du regard des autres, alors sachez une chose : l’échec existe. Mais si vous échouez, comme ça m’est arrivé à plusieurs reprises, vous apprendrez et ne referez pas deux fois la même erreur. Fixez-vous un objectif, vous aurez déjà franchi la plus grande barrière.

Un conseil pour quelqu’un qui débute la course à pied ? 

Je pense que toute personne souhaitant commencer à courir devrait se fixer un premier objectif à sa portée. Commencez par un 5 km par exemple. Le but n’est pas forcément la compétition, mais avoir cet objectif en tête vous poussera à chausser vos baskets et à ne pas abandonner par manque de motivation. Le second conseil est de ne jamais oublier ses sensations. Il ne faut pas tomber dans l’excès et faire attention à son corps, tout est une question d’équilibre. Si vous souhaitez booster votre motivation nous avons rédigé un article sur le marathon de Paris basé sur l’expérience de deux passionnés de running !

Ainsi, si vous ne deviez retenir qu’une chose de cet article ce serait d’OSER. Et cela, que ce soit en course à pied ou dans la vie en général. On pense souvent que les personnes qui réalisent de gros défis sont différentes de nous. Mais ce n’est pas le cas, ils prennent simplement un risque. Il est donc temps de vous inscrire à cette course qui vous parait impossible ou d’aller acheter vos premières baskets si vous souhaitez débuter la course à pied.

Enfin, la box Athletes Running Club vous accompagne dans votre pratique du running quel que soit votre niveau et vos objectifs, sachez que nous croyons en vous !